Conflit : c’est quoi ? Comment y faire face ?

Issu du mot latin « conflictus », le mot conflit a pour synonyme ou champ lexical dispute, affrontement, bataille, hostilité, etc. Il est utilisé à l’origine pour désigner une guerre entre deux ou plusieurs armées, ou encore une dispute entre deux individus, deux communautés ou deux puissances qui veulent accéder au pouvoir. Aujourd’hui, un conflit désigne toute forme d’opposition qui survient entre deux entités ayant des divergences de point de vue, chacune des deux entités voulant s’imposer sur l’autre. Mais le conflit ne se limite pas seulement à ce que l’on vient de dire. En effet, il revêt encore de nombreux aspects que l’on vous donne dans la suite de cet article. On vous apprend également ce qu’il faut faire en cas de conflit.

Qu’est-ce que le conflit ?

Il y a conflit lorsque deux volontés individuelles ou collectives en viennent à l’affrontement après qu’ils se soient montré des intentions hostiles en raison d’un droit que chacun souhaite conserver ou recouvrer. Moyennant la force et la violence, ces volontés tentent de se briser les résistances entre eux.

Souvent, on a tendance à penser que le conflit entre deux individus est nocif à leur relation, ce qui n’est pas de l’avis de nombreux sociologues. Selon ces derniers, le conflit est une mode de relation entre deux personnes. Il ne serait pas le signe d’une communication foireuse, mais qu’il est tout à fait normal que deux personnes se disputent.

En effet, il peut être compliqué de vivre ensemble. C’est pour cette raison que les problèmes relationnels sont indissociables à la nature de toute relation. Cependant, en termes de vie de couple, le conflit engendre souvent la souffrance, ce qui n’est pas le cas quand les deux personnes s’entendent bien. Il est contreproductif et constitue un blocage à la progression de la relation et à l’épanouissement des deux individus. De ce fait, il est indispensable qu’il soit résolu dans les plus brefs délais.

Comment faire face au conflit ?

Lorsqu’au lieu de le traiter, on laisse un conflit gagner du terrain, il engendre violence et manque de respect.

Identifier les comportements engendrés par le conflit

Généralement, ces comportements font suite à l’intention d’une des entités d’imposer sa perception des choses à l’autre. Lorsque le conflit éclate, il peut ressortir des parties en désaccord divers comportements dont voici quelques-uns.

Ignorer et fuir le conflit

Une personne qui fuit un conflit voit en celui-ci un danger qu’il veut éviter à tout prix. La personne qui fuit se range malgré elle du côté des victimes. Elle ne permet pas au conflit d’éclater. Celui-ci n’étant pas révélé, la souffrance psychique de la personne est encore plus importante. Il s’agit ici d’un cas qui se présente fréquemment au sein de la famille. Le déni ou la fuite d’un conflit n’est pas une solution, mais plutôt un facteur encore plus aggravant. Ce déni amène de la violence dans le pire des cas si la situation ne s’arrange pas.

S’accommoder ou se soumettre

Ici, on a affaire non plus à un risque ou une intimidation, mais un conflit bien réel. La personne se dit qu’il n’est plus nécessaire de lutter, car sa situation est désespérée. Dans ce cas-ci, l’une des deux entités est en possession d’une importante autorité ou une emprise sur l’autre. La personne se dit alors qu’il n’aura jamais assez de force pour faire basculer la situation. Son impuissance l’amène à se soumettre dans le but de limiter au maximum les répercussions que pourrait engendrer le conflit sur elle-même.

Confrontation, affrontement, domination, violence

Ici, le conflit a engendré une telle tension entre les deux parties en opposition qu’il y a confrontation entre eux. Comme le conflit est exprimé, une résolution pourra être envisagée. Dans le cas d’une situation maitrisée, on peut espérer que chacune des deux entités s’exprime jusqu’à la fin sur sa position, et ce, tout en créant si possible les conditions nécessaires pour que ni l’un ni l’autre ne soit pas écrasé ou dominé.

Écouter, collaborer et laisser place à la négociation

Comme chacun a sa propre perception de monde, les divergences de point de vue sont très fréquentes. C’est pour cette raison que les discordes sont chose courante dans la vie et les relations humaines. Toutefois, le conflit n’est pas toujours mauvais, car il met en évidence une divergence d’opinions. Si on ne peut pas empêcher les conflits d’apparaitre, on peut faire en sorte qu’ils soient enrichissants pour les relations.

Pourtant, les conflits prennent souvent les allures d’un procès où l’on est en quête d’un fautif à punir. Il en ressort ainsi de la discussion des plaintes et divers reproches et les attaques et défenses se succèdent. Ainsi, pour résoudre un conflit, il vaut mieux avant tout définir le problème. Plus il y a de précision sur la nature du problème, plus il y a de possibilités de résoudre le conflit, ce qui rend nettement plus facile la recherche de solutions.

On peut également laisser place au dialogue non violent. Dans ce cas, il ne faut pas refouler sa colère dans l’espoir que la situation s’arrange d’elle-même avec le temps. Il vaut mieux mettre le problème une bonne fois pour toutes sur le tapis et en discuter. On peut alors poser les questions qui vont permettre à chacun de s’exprimer.

Pour cela, chacun peut se demander ce que seraient les conséquences du conflit sur leur situation. S’il y a un médiateur, son rôle consiste à faciliter l’entente. Il doit faire en sorte que chacune des deux parties puisse s’exprimer en les aidants avec des questions qui leur permettront de bien exprimer le fond de leur pensée. Tout cela doit se faire dans le total respect des opinons de chacun. Il s’agit donc d’éviter que les deux parties s’accusent réciproquement. L’objectif est de trouver un compromis qui pourrait satisfaire à tout le monde.

En conclusion, les conflits font partie intégrante de la vie. Parfois, ils peuvent amener deux personnes ou deux entités en désaccord à discuter pour aboutir à une amélioration de leur relation. Pour cela, on peut considérer le conflit comme étant un problème que l’on doit résoudre et non pas comme une occasion de trouver un fautif à juger. Il convient également de bien définir le problème afin que l’on puisse apporter une meilleure solution.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.