Calmer sa colère : que faire ?

La colère est un état affectif nous permettant d’exprimer nos mécontentements. Elle se manifeste face à une situation injuste, frustrante et énervante. Chacun a sa manière d’exprimer sa colère, mais en général, on perd tous le contrôle et on dépasse une certaine limite. Une personne colérique peut s’attendre à une palpitation suite à un haussement du ton. Sachez qu’étouffer ses émotions et calmer sa colère sont deux choses différentes. La première ne résout pas les problèmes. Quant à la seconde, il existe plusieurs astuces pour y parvenir.

Prenez le temps d’évaluer vos réactions

La colère est incontrôlable au moment même où elle nous envahit. Mais calmer sa colère s’apprend et se maîtrise de manière progressive. Une fois que cette rage se dissipe, il faut prendre le temps d’évaluer cette tension que vous veniez de vivre. Ce n’est sûrement pas la dernière fois où vous allez vous mettre en colère. Le fait de prendre du recul vous préparera à une nouvelle épreuve. Posez-vous ces quelques questions :

  • Votre exaspération est-elle justifiée ?
  • Le fait de se déchaîner ainsi a-t-il apporté des solutions ?
  • Que ressentez-vous maintenant que vous avez déversé votre colère : de la haine, du soulagement, de la culpabilité… ?
  • Est-ce qu’il y a une meilleure alternative pour manifester votre colère la prochaine fois que la même situation va se reproduire ?

Sortez prendre l’air

Le fait de rester là où tout a commencé n’aide personne à calmer sa colère. Cela ne fait qu’augmenter sa frustration. Elle même tenté de tout détruire et de dire des choses que vous ne pensez pas. Alors, n’hésitez pas à vous déplacer, allez dans l’autre pièce ou sortez dans le jardin.

En même temps, adoptez une respiration bien calme et maitrisée. Focalisez toutes vos attentions sur le rythme de votre inspiration et de votre expiration.

Il faut privilégier la respiration abdominale. Elle apporte de l’oxygène dans vos poumons, mais aussi dans votre cerveau. Cela atténuera votre agitation et aidera à stabiliser votre rythme cardiaque et votre circulation sanguine.

Prenez soin de votre corps

La colère a une répercussion non-négligeable sur votre corps, car elle n’est pas seulement psychologique. À commencer par votre cœur, remarquez que votre rythme cardiaque s’accélère et que vous avez même du mal à respirer. Pour que la tension artérielle ne monte pas très haut, il faut bien respirer pour calmer sa colère.

Remarquez aussi que vos muscles sont tous très tendus. Cette crispation participe également au trouble de la tension artérielle. Pour adoucir les tensions, appliquez un massage doux au niveau des muscles qui se raidissent (la nuque, le cou, les muscles du visage…).

Pensez aussi à boire de l’eau afin d’éviter la déshydratation. C’est pour éviter les migraines. Cela vous aide également à calmer votre colère. L’eau permet aussi de préserver votre fonctionnement cardiaque.

Éloignez-vous des situations à risques

La colère bouillonnante est difficile à maîtriser, surtout pour ceux qui ont des tempéraments chauds. Par manque d’attention, vous êtes susceptibles de commettre des actes irréfléchis et dangereux. Ainsi, évitez les situations à risques.

Pour commencer, éloignez-vous de votre source d’exaspération. Cela peut être un endroit, une situation ou une personne. Puis, n’attisez pas cette sensation, au contraire, prenez les mesures nécessaires pour calmer sa colère.

Évitez les pratiques qui peuvent décupler cette sensation, comme le fait de consommer de l’alcool, de chercher une bagarre, ou autres. Trouvez un endroit calme et entourez-vous de personnes fiables pour une telle situation. Si vous gérez vos émotions de manière solitaire, n’hésitez pas à vous éloigner des autres pour atténuer cette sensation désagréable.

Pratiquez du sport

Le sport est à la fois préventif et curatif. Les activités sportives permettent de canaliser les frustrations psychologiques. Elles aident à garder son sang-froid face à une situation énervante.

Optez pour les sports qui travaillent les muscles cardiaques pour calmer sa colère (vélo, jogging, marche, etc.). En dehors des salles de sport, privilégiez les activités sportives en pleine nature (randonnées, marche nordique, etc.) Elles vous aident à évacuer les énergies négatives. Aussi, le contact avec la nature apporte automatiquement de l’apaisement pour le corps et l’esprit.

Toutefois, il faut pratiquer des sports adaptés à votre corps, à votre âge et à votre situation sanitaire. Vous n’êtes pas obligés d’attendre une crise de colère pour se mettre à la pratique sportive. Vous pouvez en pratiquer au quotidien, de manière modérée.

Privilégiez aussi les activités douces et relaxantes comme le Yoga. C’est une bonne méthode pour apprendre à calmer sa colère. Sachez que les activités sportives incitent l’organisme à secréter les hormones responsables de l’apaisement. Le plus connu parmi ces hormones, c’est l’endorphine qui vous incite à vous calmer rapidement.

Privilégiez la communication

Le fait de calmer sa colère ne signifie pas que vous acceptez tout. C’est juste une étape cruciale afin de parvenir à une discussion paisible. C’est cette communication non violente qui aide chaque personne concernée à comprendre la situation dans son intégralité.

Faites savoir aux gens que le fait de se calmer ne signifie pas toujours que vous avez tort. Au contraire, vous avez toutes les raisons de vous mettre en colère, mais de façon modérée.

Quand vous retrouvez votre calme, n’hésitez pas à parler de votre mécontentement et des raisons qui vous ont mis dans cet état. Choisissez vos mots pour décrire ce que vous ressentez vraiment.

Il faut s’exprimer, mais sans se montrer désagréable ou agressif. C’est uniquement ainsi que vous parviendrez à vous faire écouter. Tant que vous criez et que vous laissez votre colère prendre le dessus, vous ne serez jamais crédible aux yeux de ceux qui vous écoute.

Suite à une grosse dispute, il faut toujours gérer les conséquences de cet emportement. La communication est le seul moyen d’y parvenir. Parlez ouvertement afin d’éviter les rancunes, les sentiments enfouis et le stress.

Si vous avez eu tort ou si vous avez dit les mots de trop, ayez le courage de demander pardon. Vous verrez à quel point cela va vous soulager. En revanche, si ce sont leurs fautes à eux, il faut que vous acceptiez leurs explications et leurs excuses. Dans un cas comme dans un autre, faites tous ces gestes pour vous et pour votre bien-être.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.