Trouble de dépersonnalisation : symptômes, diagnostic, traitement

Le trouble de dépersonnalisation ou de déréalisation représente un problème dissociatif qui s’exprime par une sensation de détachement du corps ou des fonctions mentales. Ce trouble touche environ plus de la moitié de la population mondiale. Des recherches ont montré qu’une personne sur deux affirme avoir montré les symptômes de ce trouble au moins une fois dans leur vie. Ces statistiques montrent que ce trouble est plus présent dans la société qu’il ne parait. Pourtant, bon nombre de personnes, présentant même les signes de ce trouble, ne le connaissent pas. C’est pourquoi nous vous invitons à voir avec nous dans cet article tout ce qu’il faut connaître sur ce trouble de la personnalité.

Quels sont les causes et les symptômes du trouble de dépersonnalisation ?

Qu’est-ce que le trouble de la dépersonnalisation ?

Le trouble de dépersonnalisation décrit un état dans lequel une personne se sent déconnectée de son corps. Ces personnes souffrent d’une perception altérée de la réalité et peuvent avoir l’impression de ne pas faire partie de leur corps ou de leur environnement. Ils peuvent avoir l’impression que leur corps change, se dissout et est laissé pour honte, comme s’ils étaient des observateurs de leurs propres vies.

Également connu sous le nom de névrose de dépersonnalisation, le trouble de dépersonnalisation est considéré comme l’un des nombreux troubles dissociatifs agissant sur la mémoire, l’identité, la perception et la conscience d’une personne. Ce trouble touche ces différents points de la personnalité du sujet en les déconnectant les unes des autres, suite à un traumatisme ou à d’intenses conflits internes.

Quelles sont les causes de ce trouble ?

Dans le trouble de la dépersonnalisation, c’est la perception qui devient décousue. La cause la plus fréquente de ce trouble est l’abus physique, mental ou sexuel, mais il peut aussi être causé par un trouble de stress post-traumatique, des troubles de panique, des troubles de la personnalité limite ou un état de stress aigu.

Il peut également être lié à un autre trouble dissociatif existant auparavant. Les drogues, la privation de sommeil et des niveaux de stress très élevés peuvent également entrainer des symptômes de troubles de dépersonnalisation, bien que dans ces cas-là, ils ne durent pas longtemps.

Quels sont les symptômes du trouble de la dépersonnalisation ?

À priori, le sentiment de devenir irréel ou inexistant représente le symptôme le plus flagrant chez la personne atteinte du trouble de dépersonnalisation. Par exemple, lorsque cette personne va à une soirée, tout parait normal au départ. Puis dans la pièce, les personnes et les discussions deviennent de plus en plus lointaines, comme si la personne souffrant du trouble quittait la pièce en laissant son propre corps.

Ces sujets ont tendance à sortir à l’air froid, marcher dehors en hiver leur fait du bien ! Cela les aide pour que tout devienne normal. Le sentiment d’irréalité, une fois cette petite promenade faite, aura disparu et la personne réagira de manière tout à fait normale. Le cerveau des personnes souffrant de ce trouble a tendance à s’évader quand la réalité leur parait un peu difficile.

 

Comment faire le diagnostic de ce trouble ?

Quelles sont les démarches à faire avant un diagnostic ?

Pour que le diagnostic soit établi, les sentiments de réalités modifiés doivent être presque constants. Se sentir déconnecté après une crise de panique ou un épisode de syndrome de stress post-traumatique ne signifie pas que quelqu’un souffre d’un trouble de dépersonnalisation.

Le diagnostic de ce trouble est généralement une question d’exclusion. Les médecins réduiront la liste des troubles possibles jusqu’à ce qu’il ne reste plus que le trouble de dépersonnalisation. L’utilisation de questionnaire de diagnostic peut aider les médecins ou les psychologues à identifier le diagnostic d’un trouble de dissociation.

Quels sont les tests à faire ?

À partir de là, une autre enquête peut être utilisée pour réduire le diagnostic au trouble de dépersonnalisation. Les questions de ces tests de personnalité sont ouvertes et permettent aux médecins de se renseigner davantage sur les symptômes et la gravité de la maladie, ainsi que de déterminer éventuellement la cause.

Une fois que le docteur a la certitude que le patient fait clairement face au trouble de dépersonnalisation, il peut ensuite passer à différents tests afin de porter des précisions sur la gravité des crises de dépersonnalisation du sujet. Pour cela, il n’est pas rare que des médecins procèdent à des examens cliniques, ou encore des IRM et des TDM.

Quels sont les traitements pour le trouble de dépersonnalisation ?

Optez pour un suivi médical rigoureux

Dans certains cas, le trouble de dépersonnalisation se résoudra tout seul. Si la maladie persiste et perturbe la vie du patient, une thérapie spécialisée peut être recommandée. La thérapie cognitivo comportementale ou psychodynamique peut être bénéfique, l’hypnose étant également utilisée avec succès dans de nombreux cas. Le type de thérapie utilisé est basé sur celui qui répondra au mieux aux besoins du patient.

En plus du traitement, on prescrit également à certains patients des médicaments tels que le lorazépam ou le Doxépine. Ces médicaments peuvent inclure des tranquillisants, ainsi que des antidépresseurs. Aucun médicament ne s’est avéré plus efficace que les autres. Comme dans le cas d’une thérapie, il s’agit de déterminer quel médicament ou quelle combinaison de médicament aidera le mieux le patient. La majorité des patients chez qui on a diagnostiqué un trouble de dépersonnalisation se rétabliront complètement. Cela est particulièrement vrai si la cause de la maladie est liée à un événement traumatique dans le passé du sujet, car une thérapie peut aider le patient à faire face à ses événements passés. Certains patients présenteront un trouble de dépersonnalisation chronique avec des épisodes pouvant survenir après des périodes de stress extrêmes, mais ces épisodes sont gérables aux moyens de médicaments.

Apprenez à prévenir

Comme mentionné dans la section des causes et des syndromes, les personnes sujettes à ces troubles ont tendance à prendre des douches froides. En effet, la chaleur provoque généralement les symptômes chez ces patients. Quand ces patients restent longtemps dans une pièce chauffée, leur vasoconstriction ou la capacité de gestion de la circulation sanguine de leurs corps, est fortement entravée. De ce fait, leur cerveau ne reçoit plus assez de sang et un sentiment d’irréalité apparaît. Il est donc conseillé pour ces personnes d’éviter les pièces trop chauffées ou de trop rester au soleil.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.