fbpx

Hypnose ericksonienne : définition, principe et application de la méthode

L’hypnose est une pratique assez courante dans le monde de la médecine. Elle se présente sous des formes très variées, telles que l’hypnose directe, également appelée l’hypnose de spectacle à certaines occasions, la Neuro-Hypnose, l’hypnose conversationnelle, etc. Depuis des siècles, ces pratiques sont surtout utilisées dans une démarche thérapeutique. Parmi ces méthodes de traitement se trouve l’hypnose ericksonienne. Cette nouvelle technique a renouvelé l’approche classique, du fait que le praticien considère chaque sujet comme étant unique. Par conséquent, les thérapies vont s’effectuer en se basant globalement sur la spécificité de chaque patient en puisant la solution à leurs problèmes dans leurs propres inconscients. Découvrez dans cet article les informations qu’il est essentiel de connaitre concernant l’hypnose ericksonienne.

À quoi consiste l’hypnose ericksonienne ?

L’hypnose ericksonienne est une pratique assez récente par rapport aux autres types de psychanalyse. Généralement, elle est perçue comme une méthode douce et subtile utilisée parfois par un psychologue malgré le fait qu’elle reste dirigeante. Voyons de quoi s’agit-il exactement.

Définition de la méthode

L’hypnose ericksonienne est une psychothérapie qui consiste à puiser les ressources inconscientes d’un patient afin de les transformer en solution à une problématique bien définie. De ce fait, l’hypnothérapeute considère que les ingrédients de la guérison résident dans l’esprit inconscient du sujet. Ainsi, le professionnel dirige la séance en étant un accompagnateur dans le mécanisme de changement, conforme à l’attente du patient.

La méthode ericksonienne a adopté une approche très différente de celle de l’hypnose classique telle que nous la connaissons habituellement. En effet, cette nouvelle méthode consiste à utiliser un langage d’influence plutôt qu’un discours perçu comme « un ordre ». Cette technique a pour but d’orienter le sujet à avancer dans le processus à son propre gré.

Historique de ce type d’hypnose

Ce type d’hypnose a été développé par Milton Hyland Erickson, l’homme qui est considéré comme le père des « thérapies brèves ». Depuis des années, l’approche de l’hypnose ericksonienne a inspiré nombreuses recherches liées à la psychothérapie, notamment en matière d’hypnose.

Erikson était une personne sujette à de multiples troubles, entre autres, le daltonisme (incapacité à reconnaître les couleurs) et de dyslexie (trouble de la capacité de lecture). En 1919, à l’âge de 17 ans, il tombe dans un coma de trois jours suite à une forme grave de poliomyélite. Cette situation a également engendré chez lui une paralysie totale.

Convaincu qu’il peut surmonter son immobilité par la stimulation mentale, il commence à pratiquer l’autohypnose dans le but de bouger ces membres. Après des mois de pratique, sa persévérance lui a conduit au succès. En effet, il est arrivé à marcher en utilisant des béquilles, puis il décide immédiatement de devenir psychologue pour approfondir ses recherches. Cette réussite a également révolutionné la psychothérapie en ouvrant la porte à une nouvelle méthode qui est plus efficace quant à la gestion des cas désespérés.

Principe de la méthode

L’hypnose ericksonienne se différencie de l’hypnose classique de par son approche. En effet, la méthode traditionnelle s’effectue sous forme « d’injonction » soumise par l’hypnothérapeute à son patient. Par contre, l’approche ericksonienne incite le sujet à basculer dans un état de transe léger afin que ce dernier puisse accéder lui-même à son esprit inconscient.

Selon Erickson, « l’inconscient » est une source abondante de sagesses que chaque être humain peut s’approprier pour régler nombreux problèmes liés à son bien-être physique et psychologique. De ce fait, ce type d’hypnose agit en étant un stimulus qui déclenche et accompagne le processus de changement opéré par le cerveau du patient. Le praticien se positionne seulement en tant que « guide », car la majorité du travail est effectuée par le sujet même. Pendant la séance, le cerveau du patient est induit à produire des endorphines (hormones de bien-être) pour éloigner le stress et toutes formes de crainte.

Comment se pratique  l’hypnose ericksonienne ?

L’hypnose ericksonienne peut être pratiquée dans plusieurs situations nécessiteuses telles que la dépression, l’anxiété, le stress chronique, les phobies, etc. Cependant, son application en cas de troubles de la personnalité est contre-indiquée, car cela nécessite des traitements cliniques plus poussés. Comment se pratique ce type d’hypnose, et par qui ?

Les personnes aptes à le pratiquer

Généralement, la pratique de l’hypnose ericksonienne ne nécessite pas forcément d’être médecin, bien que beaucoup de ces derniers utilisent cette approche dans certains cas. L’hypnothérapeute doit être une personne qui a la qualification requise pour pratiquer cette discipline. Cela se traduit par l’obtention d’un certificat après une formation approfondie, théorique et pratique. Les personnes aptes sont souvent des individus qui ont traversé une expérience de vie marquante, à l’image de Milton Erickson. La résilience du patricien joue un rôle important dans la réussite du patient à atteindre son objectif.

Le déroulement de la séance

Une séance d’hypnose ericksonienne dure normalement environ une heure, mais cela dépend du praticien et de la nature du problème. En effet, le patient discute préalablement avec l’hypnothérapeute de son objectif et de ses attentes afin que le professionnel puisse cerner le changement souhaité.

Le début de la session est marqué par la phase appelée « induction ». Il s’agit d’une étape de relaxation dans laquelle le sujet est conduit à une hyperconcentration. Le praticien peut l’inciter à se focaliser sur un souvenir ou un fait spécifique pour arriver au niveau de la concentration idéale. À savoir que ce type d’hypnose ne mène pas le patient dans un état de sommeil, au contraire, il peut entendre et interagir avec son thérapeute en gardant toute sa conscience éveillée.

Ensuite, le professionnel enchaîne avec la phase de suggestion, qui consiste à stimuler la pensée de son patient à acquérir de nouvelles compétences et/ou comportement. Cette étape sera le moteur de changement qui va ouvrir le chemin vers une résolution convenable. L’hypnothérapeute ne procèdera pas dans un discours d’injonction, il accompagne plutôt le sujet à atteindre de lui-même ces objectifs.

Quand pratiquer l’hypnose ericksonienne ?

L’hypnose ericksonienne peut intervenir dans presque tous les domaines, en opérant sur trois niveaux de l’organisme humain. Au niveau physique, elle sert à atténuer toute forme de douleurs, ou à se préparer à une opération douloureuse. Au niveau comportemental, elle résout les problèmes de dépendance et les divers troubles tels que les phobies, l’insomnie, etc. Au niveau émotionnel, elle aide à gérer le stress et l’angoisse, ce type d’hypnose est également utilisé récemment dans le développement personnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *