fbpx

Psychologie positive : c’est quoi ? À quoi sert-elle ?

De plus en plus de personnes ont recourt aujourd’hui à la psychologie pour soigner un état de mal-être intérieur. La psychologie positive figure parmi les thérapies les plus sollicitées. Mais c’est quoi exactement la psychologie positive et quelle est sa véritable utilité ?

Définition de la psychologie positive

La psychologie positive est tout d’abord une branche à part entière de la psychologie. Elle trouve son intérêt principal dans la manière de rendre les gens heureux et optimistes.

Contrairement à d’autres thérapies psychologiques, elle ne s’attarde pas sur ce qui ne va pas ou sur l’origine d’une psychopathologie. Elle cherche directement à trouver la manière de positiver les choses grâce à l’épanouissement personnel. Elle s’occupe de ce fait de comment engendrer la joie, la résilience et la positivité chez les personnes souffrantes.

La psychologie positive trouve son fondement dans la connaissance des raisons pour lesquelles certains patients surmontent leurs troubles. En comprenant le pourquoi du comment, il devient possible de développer les mêmes capacités mentales chez tous ceux qui souffrent de la même manière. Par conséquent, elle fait appel aux principes de la psychologie expérimentale qui se sert généralement de la validation d’hypothèses. Pour ce qui est des concepts, la psychologie positive se réfère particulièrement à la psychologie humaniste ainsi qu’à d’autres domaines de la psychologie elle-même, des sciences humaines et de la neuroscience.

Selon le fondateur de la discipline, la psychologie positive est l’étude de ce qui donne un sens à la vie c’est-à-dire, les « forces », les « déterminants du bien-être » et le « fonctionnement optimal ». En gros, il s’agit d’un nouvel axe sur lequel s’engagent certains psychologues qui ne se concentrent plus désormais sur les troubles et les souffrances psychiques.  La psychologie positive offre de nouvelles pistes de développement personnel sur divers thèmes comme le plaisir, la joie de vivre ou encore la valorisation de soi.

Naissance de la psychologie positive

La psychologie positive voit le jour avec le courant de la psychologie humaniste et est fondée de manière officielle en 1998 durant le congrès annuel donné par l’association américaine de psychologie. Peu avant, ce sont les écrits de Carl Rogers et d’Abraham Maslow qui inspirent l’appellation de la discipline. Il s’agit plus exactement du dernier chapitre intitulé « Vers une psychologie positive » du livre « Motivation and Personality ».

Selon le Président de l’APA (American Psychological Association) Martin E.P. Seligman, la psychologie mettait un peu trop l’accent sur la maladie mentale au lieu de consacrer plus d’efforts sur l’autre extrémité regroupant le bonheur, le fonctionnement optimal et le sens de la vie. Les arguments et les idéaux de Seligman ont frayé un chemin à de nombreux courants de la psychologie convoitant essentiellement la compréhension et l’épanouissement de l’Homme.

Malgré son essor de plus en plus fulgurant, la psychologie positive connaît des détracteurs sur différents aspects. Certains portent des critiques sur le manque d’éthique de la discipline en pointant du doigt la réappropriation de théories et des techniques déjà existantes dans le domaine de la santé mentale. Sur le plan théorique, d’autres spécialistes trouvent la disjonction du négatif du positif comme une méthode erronée et irréaliste. Et concernant l’efficacité de la psychologie positive en tant que thérapie, des questions se formulent sur la réelle différence par rapport à celle d’autres disciplines déjà connues.

Distinction de la psychologie positive de la pensée positive

Très souvent, la psychologie positive est confondue par beaucoup avec la pensée positive. Les deux courants ont non seulement des origines, mais aussi des principes complètement différents.

La psychologie positive est une discipline officielle de la psychologie développée par les soins de psychologues professionnels certifiés. Les recherches menées dans le domaine de la psychologie positive se basent sur la science et sont éditées dans des revues psychologiques validées par d’autres spécialistes de la santé mentale. Elle est donc exécutée conformément aux pratiques acceptées et reconnues par la confrérie scientifique et par le métier.

La pensée positive quant à elle, repose sur des œuvres littéraires populaires sans fondement scientifique. Créé en 1952, mais véhiculé au troisième millénaire, le concept se base sur la lecture et l’application de citations visant le développement personnel. Ces citations sont dites inspirantes ou positives et font appel à l’autosuggestion pour fonctionner. En clair, selon la pensée positive, répéter ces affirmations permet d’atteindre le bonheur en influençant positivement le destin.

Du point de vue des résultats, les deux courants possèdent la similarité de rechercher le développement de soi en se concentrant sur le positif. En matière de méthodes et de légitimité, ils présentent des divergences pratiques palpables. Si la psychologie convoite le bien-être par l’utilisation de techniques scientifiques, la pensée positive tend à anéantir le sentiment d’inquiétude par l’autopersuasion que « tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes ».  En ce sens, cette dernière s’apparenterait seulement à de la naïveté, car elle ne tient pas compte de la réalité.

Les apports pratiques de la psychologie positive

L’objectif principal de la psychologie positive est de favoriser l’accomplissement de soi à travers le déploiement de toutes les potentialités souvent négligées par les personnes souffrantes. En pratique, elle vise à découvrir et à encourager les facteurs de prospérité sur le plan individuel que relationnel.

Grâce à la psychologie positive, il devient possible de gérer divers aspects de la vie comme les projets personnels, les situations difficiles, le succès, etc.

Facile à appliquer au quotidien, la psychologie positive fait appel à des techniques applicables par tout un chacun à savoir, écrire les vécus positifs pour ne pas les perdre de vue, développer sans cesse de nouvelles relations, exploiter sa créativité en se concentrant sur le présent. C’est un ensemble de techniques psychiques consistant en un travail régulier sur soi et sur sa personnalité.

Les préceptes de la psychologie positive peuvent s’appliquer dans la vie individuelle et dans les interactions en groupe. La psychologie peut améliorer la vie de famille et le caractère moral de la société grâce à une meilleure compréhension mutuelle et à la promotion de l’engagement envers autrui. De la même manière, elle aide les organisations à découvrir comment renforcer la communication, la confiance et le travail d’équipe.

Sur le plan personnel, l’espoir d’un progrès futur permet de vaincre la routine et le sentiment d’isolement. Concernant la vie professionnelle, la satisfaction au travail à travers l’implication positive est source de bien-être non seulement pour l’intéressé, mais aussi pour son entourage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *