Relation abusive : les signes pour la reconnaitre

Lorsqu’on a affaire à une relation abusive, le premier signe qui ne passe pas inaperçu est certainement la blessure physique engendrée par des coups violents. La victime a beau dissimuler ses bleues ou ses plaies, ses comportements sont tout aussi révélateurs du calvaire et de la maltraitance qu’elle endure. Un repli sur soi afin de ne pas se faire remarquer lui sert de moyen de défense pour ne plus être une cible physique. Il existe aujourd’hui d’autres formes d’abus qui ne causent pas forcement des blessures visibles sur le corps, mais infligent des souffrances importantes à l’âme et à l’esprit. Les personnes qui vivent dans une relation abusive les ressentent constamment. À part les marques sur le corps, quels sont les signes permettant de reconnaitre qu’on vit dans ce genre de relation ? Suivez-nous dans cet article et vous en saurez davantage.

Une forme de violence non physique à des fins de manipulation

Bon nombre de personnes réalisent dès le début qu’ils évoluent vers une relation abusive. Ils s’embarquent fréquemment dans ce genre de relation et choisissent presque à chaque fois le même type de partenaire. En général, la violence se met en place petit à petit au fil du temps et conquiert de plus en plus de territoire sur le terrain émotionnel, spirituel et psychique de la relation. Au début, la personne ne réalise pas encore que son partenaire peut se comporter de manière très blessante. Elle est encore profondément ancrée dans la relation qu’il lui est difficile de comprendre que les agissements de l’autre cachent des intentions manipulatrices.

Comment reconnaitre que vous êtes dans une relation abusive ?

Même dans les relations les plus saines, les partenaires peuvent parfois se comporter de manière extrême. Cela ne signifie pas qu’il s’agit d’une relation abusive. Cependant, si ces comportements sont récurrents et s’accompagnent d’autres signes, il convient d’être très vigilant, car il peut y avoir un abus. Voici certains des signes avant-coureurs d’une relation abusive.

Une jalousie extrême

Vous avez affaire à une relation abusive si l’autre fait preuve d’une jalousie dévorante. Il/elle veut accaparer tout votre temps. Ou bien, il se fâche lorsque vous passez du bon moment avec d’autres personnes. Cette forme de possessivité poussée l’extrême est souvent associé à des origines pathologiques.

Un désir de contrôler la vie de sa partenaire

Dans une relation abusive, l’autre veut absolument contrôler tout ce qui vous concerne, que ce soit votre manière d’habiller, votre façon de parler ou les choses que vous aimez. Il/elle surveille constamment vos moindres faits et gestes afin d’avoir plus de contrôle sur vous. Par conséquent, vous avez plus le sentiment d’être une personne abusée plutôt qu’un/une partenaire libre et indépendant(e).

L’abuseur veut vous mettre à l’écart de vos amis et proches

Dans son désir de contrôler tous les aspects de votre vie dans la relation abusive, l’abuseur fait tout ce qu’il peut pour vous isoler de vos amis et proches. En agissant ainsi, il s’assure que les autres ne peuvent pas embrouiller vos pensées, ce qui lui permet d’éviter toutes formes de rétroaction négative venant des autres. S’il/elle ne parvient pas à vous isoler complètement, il/elle peut critiquer votre famille et vos proches de manière dure et intempestive afin de vous contraindre indirectement à garder une certaine distance vis-à-vis d’eux.

Non-respect de la vie privée

Le non-respect de la vie privée est très courant dans une relation abusive. C’est le cas lorsque l’abuseur se permet sans votre consentement de regarder dans votre téléphone, de lire vos messages, de fouiller dans votre ordinateur, etc. C’est carrément une violation de votre vie privée puisque ces choses ne lui appartiennent pas.

L’abuseur vous culpabilise, vous humilie et vous rabaisse constamment

Dans une relation abusive, l’abuseur a toujours son mot à dire, quels que soient vos agissements. Il fera tout pour faire naitre en vous un sentiment d’être mal aimé(e) et indigne. Ainsi il/elle pourra se démarquer comme étant la seule personne qui vous aime d’un amour sincère, ce qui amplifiera votre attachement envers lui/elle. Pour vous remettre à votre place, il n’hésite pas à vous humilier en présence de vos proches, à vous appeler de tous les noms, et même à vous traiter comme un enfant devant les autres.

L’agresseur vous culpabilise

Vos agresseurs vous placent souvent au centre de leur univers. Dans la relation abusive, ils ont tendance à vous accuser d’être à l’origine de leur mauvais comportement. S’ils agissent mal, ils vous font porter le chapeau pour ne pas s’être plié à leur désir, ce qui peut éveiller en vous un sentiment de culpabilité.

L’autre menace de vous faire de mal si vous ne faites pas ce qu’il/elle vous dit

Les menaces et leur concrétisation sont des signes indéniables d’une relation abusive. Lorsque l’abuseur ne parvient pas à vous contrôler, il/elle passe aux menaces verbales. Il/elle n’hésite pas à les appliquer et peut même en venir à l’agression physique si vous ne faites pas ce qu’il/elle vous dit. Il/elle peut également s’en prendre à ceux que vous aimez tel que vos animaux de compagnie ou vos enfants.

L’abuseur s’en prend à vos biens personnels

Il s’agit bien d’une relation abusive si l’autre s’en prend à vos biens personnels. En agissant ainsi, il/elle veut vous faire comprendre que vous l’avez profondément déçu(e) ou que vous ne vous êtes pas plié à ses désirs. En les détruisant, il tente de vous priver des biens qui peuvent vous réconforter et qui vous distinguent des autres.

L’abuseur est incapable de faire preuve de compassion

On ne peut pas s’attendre à de la compassion venant d’un abuseur dans une relation abusive. Même s’il/elle se montrait suffisamment compatissant(e) au début, avec le temps, il le devient de moins en moins. Par conséquent, il ne parvient plus à ressentir que celui/celle qu’il/elle aime traverse une situation difficile. Une personne compatissante doit reconnaitre que l’autre a ses propres intérêts et une vie personnelle comme un jardin secret dans lesquels elle n’a pas le droit de s’immiscer. En général, votre abuseur ne tolère pas que vous ne l’incluiez pas dans vos projets, dans votre domaine personnel et dans tout ce que vous faites.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.