Insomnie : comment l’identifier et l’éviter ?

20 % des Français en sont victimes. Etant une sorte de perturbation qui diminue la quantité et la qualité du sommeil, l’insomnie peut amplifier plusieurs troubles, ou même en être la cause. Principalement, elle cause de la fatigue, qui crée une perturbation dans la vie quotidienne de la personne qui la subit. Notamment dans la vie professionnelle, affective, sociale, sexuelle. Le manque de sommeil est une source potentielle de nervosité, et de diminution des capacités physiques ou intellectuelles. Nous vous présenterons quelques conseils pour faire face à l’insomnie, et aussi pour l’éviter.

L’insomnie : qu’est-ce que c’est ?

L’insomnie se définit souvent comme un trouble qui cause une insuffisance au niveau des heures de sommeils. Les personnes sujettes à l’insomnie ont généralement du mal à trouver le sommeil. Elle concerne aussi le manque de qualité du sommeil. Cela cause de la fatigue, et s’accompagne parfois à de la somnolence reliée aux activités faites pendant la journée. C’est surtout le cas si l’activité en question présente une source de stress et de pression pour l’insomniaque.

L’insomnie n’est pas vraiment une science exacte. Elle dépend des habitudes et des besoins de chaque individu. C’est pourquoi, l’insomnie peut être perçue de différentes manières. Si vous êtes un gros dormeur, il se peut que 5 heures de sommeil soient déjà considérées comme de l’insomnie, or que pour un petit dormeur, cela peut être normal. Il s’agit aussi de la qualité de sommeil. Il n’y a pas de mesure exacte, simplement qu’elle se caractérise par un manque de récupération lors du sommeil. Souvent, les insomniaques ont une sensation de fatigue au réveil.

Quels genres de personne ont plus de risque de souffrir d’insomnie ?

Certaines personnes sont plus susceptibles de souffrir d’insomnie :

  • À cause des changements hormonaux, les femmes sont plus sensibles à l’insomnie que les hommes. Surtout avant la menstruation (à voir dans notre Syndrome prémenstruel). Il en est de même pendant les années qui précédent la ménopause, et celles qui la suivent.
  • Les personnes âgées (aux environs de  50 ou plus).

Quels peuvent être les causes et les facteurs de l’insomnie ?

L’insomnie est le fruit d’une stimulation du système d’éveil. Cela peut être causé par un excès de bruit, un traumatisme chronique, une activité intellectuelle ou physique trop intense. Une anxiété chronique peut en être aussi la cause. Tout cela est dû à un niveau de stress intense. Elle peut aussi être causée par une affection psychiatrique, comme un accès maniaque, un syndrome dépressif ou une décompensation délirante.

Ces trois syndromes ont été relevés comme étant les cas les plus connus dans le domaine de l’insomnie.

  • Le « syndrome des impatiences des membres inférieurs » qui provoque une difficulté pour trouver le sommeil. Ce qui crée l’insuffisance d’heure de sommeil.
  • Le « syndrome de secousses périodiques des membres inférieurs » désigne l’insomnie par des réveils multiples. Cela cause la mauvaise qualité du sommeil.
  • L’association des deux syndromes est connue sous le nom de « syndrome des jambes sans repos », car elles sont souvent associées.

Le plus souvent, ce syndrome se fait remarquer sur les patients qui souffrent d’alcoolisme chronique, et chez ceux qui présentent de l’insuffisance rénale. Il peut aussi se manifester chez des personnes qui ont des troubles respiratoires, et qui souffrent de l’hépatite. Le syndrome peut aussi être déclenché par des médicaments comme les antidépresseurs, et par les toxiques comme le café ou l’alcool. Le syndrome d’apnée périodique au cours du sommeil peut également provoquer l’insomnie et aussi d’autres problèmes cardio-respiratoires.

Que faire pour lutter contre l’insomnie ?

Il existe deux types d’insomnies. Il s’agit d’insomnie primaire lorsqu’elle est causée par le stress, la dépression, l’angoisse ou par d’autres souffrances  psychologiques. Elle peut aussi être le fruit d’une mauvaise habitude. Il y a aussi l’insomnie secondaire qui est provoquée par une pathologie psychiatrique ou médicale.

Il est important de bien différencier « dormir peu » et « être insomniaque ». C’est pourquoi il est essentiel de mesurer vos besoins au niveau du sommeil, et d’identifier les problèmes que vous pouvez rencontrer pendant vos nuits. Avez-vous du mal à trouver le sommeil ?  Vous vous réveillez souvent dans la nuit ?  Ou est-ce que vous souffrez d’un tout autre trouble de sommeil ?

Adoucissez la lumière pour laisser vos yeux se reposer

Notons que le sommeil est régulé par une hormone appelée mélatonine, et qui dépend de la luminosité de l’environnement dans lequel vous vous trouvez. C’est pourquoi, il est préférable d’éteindre les lumières, mais aussi de baisser au maximum la luminosité des écrans autour de vous.

Adoptez de bonnes habitudes

Pensez à avoir une bonne organisation pour éviter l’insomnie. Fixez-vous une heure pour tous vos rituels de la soirée : dîner, douche, film et coucher. Le but est d’habituer votre corps à dormir à une certaine heure, et de ne pas avoir un gros blanc dans vos heures de sommeil. Il est important d’avoir un rythme constant.

Surveillez votre consommation

Le soir, il est crucial de bien surveiller ce que l’on consomme. Être trop rassasié peut vous donner des difficultés à trouver le sommeil, surtout si votre repas a été assez lourd ou gras. Il faut éviter de prendre des substances qui peuvent stimuler votre système nerveux : café, coca, …

Bannissez les activités stimulantes avant de dormir

Certaines activités, malgré le fait de vous fatiguer, stimuleront encore plus votre corps. Il est préférable de ne pas faire du sport 4 heures avant l’heure d’aller se coucher. Votre corps sera maintenu en éveil à cause de l’activité physique. Il en est de même pour les jeux vidéo qui stimulent les activités cérébrales.

Par contre, l’excitation sexuelle est un moyen de trouver le sommeil. En effet, le corps est plus calme et détendu après un rapport sexuel, cela peut vous permettre d’avoir un sommeil réparateur. Si possible, évitez les douches chaudes, cela augmentera votre température, tandis que le sommeil la baisse.

Essayez de vous détendre.

« La nuit porte conseil ». Souvent, c’est au moment de dormir que nous somme tentée de réfléchir aux événements et aux faits angoissants. Pour éviter cela, essayez de vous focaliser sur vos sensations corporelles. Relaxez-vous en écoutant de la musique ou en regardant un film, pour vous endormir devant. Dans les cas d’insomnie, la méditation avant le coucher est recommandé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.