Hormone du bonheur : quels sont-ils ? Comment les activer ?

Que serions-nous, humains, sans nos hormones du bonheur ? C’est difficile à imaginer, car ces substances sécrétées par notre corps jouent un rôle prépondérant en augmentant nos chances de survie. On les appelle ainsi, car une fois secrétées, elles provoquent une sensation de bonheur très agréable. Dans cet article, nous allons parler de 4 hormones du bonheur, dont la dopamine, les endorphines, l’ocytocine, la sérotonine, et nous détaillerons les différentes manières de les activer.

La dopamine ou l’hormone de la réussite et de la récompense

Les effets

La dopamine est une hormone du bonheur à double rôle. En plus d’engendrer une très agréable sensation, elle permet à notre corps d’emmagasiner l’information relative à cette sensation. De cette manière, nous pourrons facilement la retrouver la prochaine fois. À l’origine de la sécrétion de cette hormone, il y a l’espoir de recevoir une récompense. Le mécanisme qui intervient est « je cherche-je trouve ». C’est par exemple le cas lorsqu’on résout un problème de maths. Le sentiment que l’on a après avoir résolu le problème nous fait dire : « J’ai réussi », ce qui réduit instantanément à néant les effets néfastes du cortisol, l’hormone de la détresse.

Comment activer la dopamine ?

Comme il s’agit de l’hormone du bonheur associé à la réussite, nous pouvons chercher quotidiennement une petite réussite et de la célébrer en disant « J’ai réussi ! Je l’ai fait ! » Il nous faut conserver le plus longtemps possible cette sensation positive. Sachez qu’aussi minimes soient-elles, le fait de fêter ses réussites provoque en nous une sécrétion abondante de dopamine.

Nous pouvons également passer de l’imagination à l’action. Nous avons un objectif à atteindre, ne perdons pas de temps à rêvasser. Il faut réunir les éléments indispensables pour la mise en place d’un projet concret. Il est recommandé de consacrer quotidiennement au moins une dizaine de minutes à un objectif réaliste, faisable et que l’on peut atteindre.

Par ailleurs, on peut réajuster nos objectifs afin qu’ils soient plus faciles à atteindre. De cette manière, nous parviendrons à avoir plus facilement la dopamine avec un « J’ai réussi ».

Les endorphines ou les hormones liées au corps

Les effets

L’endorphine est l’hormone du bonheur secrété suite à une douleur physique. Elle a pour effet de masquer temporairement la douleur, permettant ainsi au corps de survivre et récupérer. La sensation liée à la libération de cette hormone est si agréable que certaines personnes vont jusqu’à pousser leurs limites afin de la provoquer. Attention ! C’est une mauvaise solution. La recherche des effets de l’endorphine ne doit pas nous inciter à nous faire du mal.

Comment activer l’endorphine ?

Rire permet de stimuler la sécrétion de cette hormone du bonheur, car nos entrailles sont secouées de manière énergique lorsque nous rions. Il est conseillé de consacrer quotidiennement une petite part de notre temps à la pratique de cette activité. Il s’agit de trouver ce qui nous fait rire ou tout simplement s’efforcer de rire, cela peut parfois déclencher le mécanisme.

Pleurer peut également engendrer la sécrétion d’endorphine, car cela requiert énormément d’effort. Il est dommage que de nombreux adultes refusent de céder à leur envie de pleurer. Pourtant, cela permet de lâcher prise et de libérer la voie à la sécrétion d’endorphine.

Il ne faut pas oublier la pratique de l’étirement qui permet aussi de stimuler la libération d’endorphines. Nous pouvons nous consacrer quotidiennement du temps pour un peu d’étirement. Cependant, il est recommandé de s’arrêter avant d’avoir mal. Il vaut mieux un peu d’étirement avec douceur plutôt qu’une longue séance d’étirement avec douleur.

L’ocytocine ou l’hormone du lien et de l’amour

Les effets

L’ocytocine est l’hormone du bonheur à l’origine du sentiment positif que nous éprouvons pour les autres. Elle intervient également lors de la naissance chez les mammifères. Son rôle est non seulement de faciliter la parturition et la lactation, mais aussi d’inciter la jeune maman à être très attentive au nouveau-né. Dans le cerveau de ce dernier, le taux d’ocytocine augmente également afin de permettre un attachement solide avec sa mère.

Comment activer l’ocytocine ?

Se faire masser pour déclencher la libération d’une hormone du bonheur, c’est le cas avec la sécrétion  de l’ocytocine. Pour ce faire, nous pouvons nous faire masser par quelqu’un ou tout simplement nous adonner à des automassages.

Pour favoriser la libération d’endorphine, on peut également se ménager pour être une personne digne de confiance. Nous ressentirons ainsi la satisfaction de cette confiance que les autres auront placée en nous. Toutefois, il faut veiller à ne pas devenir le sauveteur de tout le monde.

Par ailleurs, si nous ne parvenons à faire confiance aux autres ou à nous engager dans des relations interpersonnelles directes, le cerveau interprète cela comme un manque d’ocytocine. Dans ce cas, il est recommandé d’utiliser des substituts afin d’expérimenter petit à petit le lien interpersonnel nécessaire aux humains. À chaque fois que nous sentons du bien-être dans une relation ou dans un groupe, nous pouvons nous dire : « C’est moi qui a créé cette sensation de bien-être ».

La sérotonine ou l’hormone du respect / de la prédominance sociale

Effets

Chez les mammifères, la sérotonine est l’hormone du bonheur associé au sentiment de paix lorsqu’ils se sentent en sécurités, et ce, parce qu’ils disposent d’assez de nourritures et de ressources vitales pour survivre. Lorsque nous tenons une position dominante, nous avons le respect des autres. De ce fait, nous avons l’assurance de ne jamais manquer de ressources vitales. C’est pour cette raison que les mammifères recherchent constamment cette position de dominance. Chez les humains, on parle plutôt de prédominance sociale qui est une source de plaisir.

Comment activer la sérotonine ?

Avons-nous quelque chose de bien ? Exprimer la fierté de l’avoir nous permet de libérer cette hormone du bonheur. Être fier d’avoir une chose, c’est avoir le courage de le montrer aux autres.

Nous pouvons également faire la paix avec notre statut social. Quel qu’il soit, nous devons identifier les frustrations liées à notre statut social et noter tous les avantages qu’il dissimule derrière lui.

Enfin, être heureux de servir d’exemple ou de bonne influence pour les autres nous permet aussi de libérer la sérotonine. Même si les autres ne nous font pas savoir directement qu’ils ont pris exemple sur nous, nous pouvons nous réjouir en silence et savourer cette satisfaction d’avoir de l’influence sur le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.