Éducation bienveillante : définition et application du principe

Adopter une éducation bienveillante pour ses enfants est un principe assez récent. La société actuelle commence progressivement à migrer vers cette approche, afin de « produire » des hommes plus équilibrés. Il s’agit de responsabiliser l’enfant au lieu de le soumettre aux disciplines classiques. On l’incite ainsi à être sage, non pas par peur d’être puni, mais pour l’aider à avoir de la fierté et de l’indépendance. La méthode semble périlleuse et nécessite beaucoup d’engagements, mais les résultats sont fructueux. Si vous voulez choisir cette voie, cet article vous guidera à appliquer correctement cette technique d’éducation.

À quoi consiste une éducation bienveillante ?

Étant un concept innovant, mettre en pratique une éducation bienveillante nécessite un minimum de connaissances sur le sujet. En effet, il est plus facile de l’adopter si vous comprenez exactement son utilité. Voyons à quoi consiste cette méthode et quels sont ses avantages et ces limites.

Définition de l’éducation bienveillante

On appelle éducation bienveillante un mode éducatif qui se base sur l’empathie et la considération des émotions de l’enfant. Cette technique implique une attitude des parents totalement différente à l’approche classique. Elle écarte la méthode punitive et la culture de la peur, en les remplaçant par le dialogue et l’encouragement.

Cette manière d’éduquer nécessite ainsi une souplesse infaillible ainsi qu’un sang froid constant. Pour qu’elle soit fructueuse, la mise en place de plusieurs stratégies s’avère indispensable, même si elle nécessite un investissement émotionnel considérable pour les parents. Cela se traduit par la patience et l’endurance, car l’apprentissage se fera de façon très progressive.

Avantages de l’éducation bienveillante

Les bienfaits de l’éducation bienveillante ne se réduisent pas seulement au niveau de l’état d’esprit de l’enfant. Elle permet également de procurer à la famille une vie calme et paisible. En effet, l’absence de conflit, de tension, ou de cris dans la maison contribue énormément à équilibrer les relations entre enfants et adultes ou entre les parents eux-mêmes.

Elle améliore également le mode de communication au sein du foyer, ce qui aide à la stabilité de votre couple, ainsi qu’au bien-être émotionnel de l’enfant. Ce dernier peut ainsi exprimer ouvertement ses ressentis afin que vous puissiez analyser ses besoins réels et ses manques.

Ce mode d’éducation vous permet également de créer un lien très fort avec votre enfant. Cette situation va l’inciter à se confier à vous pour que vous soyez au courant de tous ces problèmes et ses sentiments. Ces informations sont très utiles pour le préserver des mauvaises influences externes.

Limites de l’éducation bienveillante

Les inconvénients de l’éducation bienveillante reposent sur la détermination des adultes à l’adopter. En effet, tous les membres de la famille doivent aller dans le même sens pour éviter la confusion et l’incompréhension de l’enfant. Dans le cas où les parents ne présentent pas le même tempérament, l’enfant va avoir tendance à réagir différemment à l’égard de chacun d’eux. Cela peut faire échouer le processus et causer un déséquilibre émotionnel chez lui.

Il existe également certains sceptiques qui affirment que l’éducation bienveillante produirait des enfants fragiles qui ont tendance à fuir leurs problèmes. D’autres pensent que cela irait à l’encontre de leur liberté, car ils sont responsabilisés d’une manière précoce. Ainsi, ces enfants ne profiteraient pas de leur enfance et de leur insouciance. Il est évident que ces affirmations ne sont que des préjugés et des spéculations, car en réalité, le comportement d’un enfant éduqué de manière bienveillante se distingue considérablement des autres.

Comment appliquer le principe de l’éducation bienveillante ?

L’éducation bienveillante implique une parentalité positive. Il s’agit d’une attitude à l’opposé de l’éducation classique. Elle repose sur la communication plutôt que la répression, en établissant des règles bien concrètes. Découvrez les principales conduites à tenir pour une application efficace.

Distinguez l’enfant de ses actes

Pour réussir une éducation bienveillante, il est nécessaire de distinguer l’enfant de ces mauvais comportements, c’est-à-dire considérer que ce sont les actes qui sont inappropriés mais pas la personne. Cela va éviter toute forme d’agressivité et vous pouvez ainsi en parler dans une atmosphère calme. Cette approche permet des échanges positifs et communicatifs. Par contre, dans le cas où vous vous exprimez avec énervement, les messages ne passeront pas efficacement et l’enfant va se retrancher pour ne rien évoquer.

Établissez les règles et les interdits au préalable

Se lancer dans une éducation bienveillante nécessite une préparation en amont, ainsi que des improvisations fréquentes. L’important c’est d’adopter un état d’esprit positif et optimiste. Cela se traduit par la délimitation du cadre d’apprentissage et la mise en place des règles de base à respecter à la maison.

Il est très probable que l’enfant transgresse quelques fois les interdits. Vous devez essayer de réagir positivement en lui conseillant le bon geste plutôt qu’interdire le mauvais. Par exemple si l’enfant refuse de manger, vous ne devez en aucun cas le chanter ou le menacer par des punitions, optez plutôt pour l’explication de l’importance de la nourriture et la récompense en cas de bonne conduite.

Identifiez les émotions de l’enfant

À partir du moment où vous considérez votre enfant comme une personne rationnelle, l’éducation bienveillante devient facile à adopter. En effet, il peut être irrité sans que vous sachiez ce qui lui est arrivé. Ou bien il réagit de façon inappropriée lorsqu’il trébuche par exemple. Ces attitudes sont étroitement liées à ses émotions.

Pour déceler ce qu’il ressent exactement, il faut éviter les phrases du genre « ce n’est rien », ou « ne t’inquiète pas, ce n’est pas grave », etc. Ces expressions ne font que masquer ce qui se passe réellement dans son esprit. Essayez plutôt de comprendre son comportement en analysant sa journée ou en instaurant directement un dialogue.

Évitez également de succomber aux préjugés et de considérer les comportements démesurés de l’enfant comme étant des caprices.

Mélangez souplesse et fermeté

L’efficacité de l’éducation bienveillante se repose sur le juste milieu de la rigueur et de la souplesse. Les réactions à adopter dépendent de la situation, de l’humeur de l’enfant et la gravité de l’acte. À vous donc d’en juger lorsque vous êtes face à des situations nécessitant une intervention.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.