Syndrome de la tête qui explose : causes et traitement

Le syndrome de la tête qui explose est un faux réveil qui interrompt le sommeil de la personne qui en est atteinte. Il se manifeste par des hallucinations sonores et visuelles. La personne entend pendant son sommeil un claquement de porte, un coup de feu ou une explosion. Par conséquent, elle se réveille en sursaut dans la nuit. Malgré son appellation qui fait peur, ce syndrome est bénin, mais gênant en cas de récurrence. De nos jours, cette parasomnie, bien qu’encore méconnue, est répandue. Elle figure parmi les troubles du sommeil, dont le somnambulisme et l’insomnie. Il est intéressant de développer un peu plus ce sujet pour information, car vous pouvez en être victime, surtout quand vous dépassez l’âge de 50 ans. Si votre cas est suspect, le spécialiste du sommeil va l’étudier en commençant par un diagnostic clinique.

Bon à savoir sur le syndrome de la tête qui explose

Le syndrome de la tête qui explose fait partie des manifestations phénoménales troublantes qui empêchent la personne de dormir paisiblement. Ce trouble du sommeil a été décrit avant la première apparition de la dénomination « syndrome da la tête qui explose » dans le journal The Lancet en 1988. Cette information vient de Dr Marie-Françoise Vecchierini, neuropsychiatre et membre de l’Institut national du sommeil et de la vigilance.

Le syndrome, dont la prévalence est difficile à préciser, touche le plus souvent les personnes âgées et rarement les jeunes gens. Toujours d’après la spécialiste, plus le trouble est fréquent, plus la prévalence régresse. Elle a illustré ce constat par des chiffres analytiques. Le syndrome avec un seul épisode atteint jusqu’à 20% de la population. Le taux diminue à hauteur de 5% quand l’épisode se présente 2 à 3 fois par mois. Il est réduit à 1% pour 2 à 3 fois par semaine. Le médecin soupçonne, après étude des cas, un lien de causalité entre le syndrome de la tête qui explose et l’épilepsie.

Par ailleurs, la découverte de ce trouble remonte à l’année 1920. Une explication hypothétique a été avancée par la neuropsychiatre en matière de recherche de l’origine de ce syndrome. Selon elle, le trouble pourrait résulter d’une absence ou d’un retard de la désactivation de la zone corticale du système nerveux par rapport aux autres régions du corps en sommeil lors de l’endormissement.

Les symptômes de ce syndrome

La personne qui souffre de ce trouble entend dans sa tête et pendant le sommeil une explosion ou une porte qui claque. Elle décrit ce bruit fort inquiétant, qui ne dure que quelques secondes, comme un obus qui explose. C’est sûrement de cette description que naît l’appellation « syndrome de la tête qui explose ».

Ce syndrome ne fait sentir aucune douleur chez le sujet. Toutefois, ce dernier connaît un sentiment de peur qui s’estompe après l’hallucination sonore et parfois visuelle. Un trait de lumière fulgurante peut survenir dans sa vision et accompagner le bruit. La personne après le réveil peut également avoir un battement accéléré du cœur ou de la tachycardie. Le syndrome peut ne pas apparaître qu’en un seul épisode. Mais il peut aussi être répétitif, pouvant aller jusqu’à 3 fois dans une semaine.

Les conséquences de ce mal-être

Il n’y a pas de conséquences graves sur la santé pendant ou après la manifestation de ce trouble psychiatrique. Toutefois, le patient peut être hanté par la peur d’en souffrir avant même de se mettre au lit, ou encore devenir anxieux. Ces conséquences empêchent le patient de trouver le sommeil. Ce qui pourrait constituer un facteur favorisant d’autres pathologies telles que l’insomnie ou des troubles psychologiques plus graves.

Dans tous les cas, il serait toujours convenable de consulter un médecin spécialiste du sommeil au cas où le syndrome de la tête qui explose se répète. Ce dernier peut vous aider à respecter certaines règles d’hygiène spécifiques relatives au sommeil comme les positions du corps pendant le sommeil, la régularisation du rythme de sommeil et le bon timing d’endormissement. Vous devez aussi éviter de penser que l’alcool vous aide à résoudre votre problème de sommeil. C’est cliniquement prouvé qu’il est un faux-ami, car il n’est pas bon pour la santé.

Le traitement du syndrome de la tête qui explose

Il est une hypothèse qui est que l’anxiété et le stress pourraient bien être des facteurs déclencheurs du syndrome de la tête qui explose. Vous devez de ce fait vous reposer le plus possible, sans pour autant vous laisser gagner par la paresse psychosomatique. Allongez-vous sur le dos et détendez-vous tout en fermant les yeux. Faites un exercice de respiration pour que l’oxygène parvienne à votre cerveau sans encombre.

Le traitement de ce syndrome se fait selon l’analyse des symptômes identifiés, faute de connaissance de la cause exacte de cette parasomnie. Un diagnostic clinique précède le traitement. Pour le cas du syndrome de la tête qui explose, un électroencéphalogramme ou EEC se complète avec les questions posées au patient. Les résultats des recherches et des études ont par contre permis de démontrer l’efficacité de certains médicaments pour limiter les effets indésirables dudit syndrome. Il s’agit du topiramate, d’antiépileptique et d’antidépresseurs. Ces médicaments peuvent se compléter afin de pouvoir à la fois gérer la crise d’explosion et éviter les réveils. Dr Marie-Françoise Vecchierini, neuropsychiatre au centre du sommeil de l’Hôtel-Dieu, à Paris, a jugé intéressants les antidépresseurs, les benzodiazépines à faibles doses et les thérapies cognitivo-comportementales pour éviter les conséquences gênantes du syndrome.

La prise en charge en cas de constatation du problème

La prise en charge consiste avant tout à vérifier au moyen d’un diagnostic différentiel qu’il ne s’agit pas d’une pathologie autre que le syndrome de la tête qui explose. Si ce dernier est établi, le spécialiste va prescrire les médicaments spécifiques pour ce type de syndrome. Ce traitement médicamenteux peut être renforcé par des séances de relaxation ainsi que par l’indication des règles d’hygiène. Le spécialiste ou le médecin se doit de vous rassurer du caractère bénin de ce trouble inquiétant qui a une appellation effrayante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.