fbpx

Borderline : définition, compréhension et solutions

On en parle souvent, depuis quelques années, surtout dans nombreux forums en ligne. Pourtant, il est difficile de différencier le borderline des autres troubles de la personnalité, entre autres, la bipolarité. En effet, il présente des caractéristiques similaires à d’autres maladies à quelques exceptions près. En France, environ 2 % de la population souffriraient de ce phénomène, dont la majorité est représentée par des femmes. Cette pathologie présente un impact considérable sur la vie quotidienne du sujet, mais aussi celle de son entourage. Découvrez dans cet article ce qu’est précisément le trouble borderline et comment le traiter.

Le trouble borderline : c’est quoi exactement ?

Pour mieux comprendre le trouble Borderline, il est nécessaire d’identifier ces spécificités, afin de le différencier avec d’autres pathologies psychiatriques. Les psychanalystes procèdent généralement à analyser le vécu du sujet durant son enfance afin de le diagnostiquer. Voici les détails qui permettent d’identifier la maladie.

Définition

Appelé également trouble de la personnalité limite, le borderline est une maladie psychiatrique très complexe qui présente des caractéristiques variables, selon le sujet. En général, les personnes atteintes de ce trouble sont gravement instables sur le plan émotionnel et affectif. Cela se traduit par une impulsion inappropriée et incontrôlable qui surprend les personnes qui ne sont pas habituées.

Le sujet présente donc un caractère hyperémotif et tombe souvent dans l’excès. Le risque « d’exploser » est ainsi omniprésent chez lui et engendre des instabilités sur ses relations avec son entourage. Cette angoisse permanente est également due à des problèmes d’estime personnelle, d’hypersensibilité, mais surtout de la peur de l’abandon.

Quelles sont ses origines ?

Il existe beaucoup de facteurs qui peuvent favoriser le développement du trouble borderline chez une personne. Il peut y avoir des causes génétiques comme les répétitions des réactions démesurées face aux stress de la vie. Ce qui est étonnant, c’est que cette pathologie pourrait être héréditaire. Elle peut donc affecter plusieurs personnes d’une même famille. Les statistiques ont démontré que les personnes qui ont un proche parent atteint du borderline sont cinq fois plus susceptibles de le contracter que d’autres.

Les cas les plus fréquents sont généralement causés par un stress chronique engendré par une enfance difficile. En effet, les personnes atteintes de cette maladie mentale ont été, presque toutes, victimes de maltraitance ou de violences physiques, voire sexuelles, durant leur enfance. La plupart d’entre eux étaient séparés des personnes qui s’occupaient d’eux, en plus de ces sévices. D’où la peur excessive d’être rejeté ou abandonné. Les malades peuvent donc développer de façon récurrente cette insécurité, par rapport à l’attachement que présentent leurs proches envers eux.

Comment reconnaître borderline ?

Il existe une multitude de signes et de symptômes liés au trouble de la personnalité limite. Cela est dû au fait que la maladie peut se présenter différemment pour chaque individu. Toutefois, des manifestations communes sont perceptibles dans les situations de crise.

Généralement, le borderline a tendance à s’emporter facilement à la moindre contrariété. Cela se traduit par des colères excessives, parfois violentes, causées par sa difficulté à gérer ses émotions. Il est donc incapable de prévenir les conséquences de ses actes.

Le sujet peut également présenter des troubles dans ses relations interpersonnelles, ce qui le conduit à changer d’amis ou de partenaire fréquemment, ou avoir des problèmes relationnels dans le milieu professionnel, etc. Ceci est souvent accompagné d’une forte crainte d’être abandonné.

De ce fait, le sujet produit beaucoup d’efforts dans le but de préserver l’attachement d’un proche. IL est susceptible de perdre le contrôle en spéculant sur le comportement des personnes avec qui il s’attache.

Les cas les plus graves de borderline vont jusqu’à être très dangereux pour leurs entourages, ils peuvent arriver à l’agression physique, violente et incontrôlée. Pire encore, si la maladie n’est pas traitée, le sujet aura tendance à s’automutiler dans le but de maîtriser ses émotions. À la longue, des idées de suicide accompagnées par des gestes feront surface.

Le borderline est une maladie psychologique difficile à cerner. De plus, il est souvent accompagné par d’autres troubles de personnalité, cela rend le diagnostic encore plus difficile et nécessite des analyses approfondies.

Peut-on traiter le trouble borderline ?

Le trouble de la personnalité limite est une maladie qui ne se guérit pas. Cependant, le malade doit être traité et accompagné pour qu’il puisse avoir une vie plus ou moins normale. Mais également, pour éviter que les crises de borderline fassent du mal à lui-même et aux autres. Un double traitement clinique est nécessaire en plus de la contribution des proches. Voici les soins indispensables.

Soins médicamenteux

Ce type de traitement du borderline est généralement prescrit pour soigner les facteurs biologiques de la pathologie. En effet, des médicaments tels que les antidépresseurs et les anxiolytiques vont être administrés pour alléger les crises de panique et d’anxiété.

Dans le cas où le sujet présente des symptômes de confusion de la pensée (trouble de mémoire, désorientation, absence prolongée, etc.) le médecin va lui prescrire des antipsychotiques (neuroleptiques). Il est à noter que ces substances ne vont pas servir à soigner directement le trouble, ils n’ont pour mission que de s’attaquer aux symptômes qui en sont liés.

La psychothérapie

Pour compléter le traitement médicamenteux, un travail de thérapie s’avère indispensable. Cela va aider le malade à mieux fonctionner dans son quotidien. Généralement, le psychothérapeute commence à comprendre les origines du trouble en remontant dans les souvenirs d’enfance du patient. Ce procédé nécessite d’être très subtile pour ne pas induire le sujet à basculer dans un état de crise. Ensuite, des séances telles que la thérapie comportementale dialectique, la mentalisation, la psychothérapie centrée sur le transfert sont effectuées sur le long terme.

Accompagnement du malade

À part les traitements cliniques du borderline, les proches du sujet sont invités à aider le patient à atténuer ses crises. Toutefois, il est nécessaire de garder si possible une certaine distance pour éviter un attachement intensif.

Il faut également exclure les jugements par rapport aux comportements borderline (excès de colère, impulsion …), le mieux c’est de les considérer comme des appels à l’aide. On peut ainsi l’encourager à exprimer ses sentiments de façon verbale pour éviter l’intériorisation qui finit souvent en explosion.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *