fbpx

Analyse transactionnelle : définition, principe et modalité d’application

En psychologie, il n’y a pas qu’un seul moyen ou une seule technique pour résoudre les problèmes d’ordre mental. Chaque spécialiste use d’une méthode spécifique selon son domaine et surtout selon la pathologie de ses patients. L’analyse transactionnelle est une des nombreuses méthodes utilisées par les professionnels de la psychologie. Mais en quoi consiste-t-elle exactement.

Analyse transactionnelle : la définition

On parle généralement d’analyse transactionnelle pour désigner à la fois une forme de thérapie et une théorie. Elle se définit plus précisément comme la théorie des rapports sociaux et de la personnalité. C’est une psychothérapie verbale qui a été mise au point par Éric Berne, un expert en psychiatrie.

Il s’agit d’un outil d’analyse permettant d’étudier les échanges relationnels entre deux personnes d. Pour ce faire, elle prend en compte l’intégralité de la personne à savoir ses fonctionnalités biologiques, psychologiques et sociales.

D’après l’ITAA ou l’Association Internationale d’Analyse Transactionnelle, « l’AT est une théorie de la personnalité et une psychothérapie systématique en vue d’une croissance personnelle et d’un changement personnel ».

L’instigateur de la thérapie lui, possède plusieurs manières de la définir. A priori, l’AT serait « un système de psychothérapie » fondée sur l’étude des transactions et des états propres internes. C’est également une théorie de la personnalité et de l’interaction sociale qui en découle. Par ailleurs, l’analyse transactionnelle fait appel à l’étude de diagrammes de transactions. Ces transactions reflètent les échanges impliquant ce qu’on appelle les états du moi dans toute sa diversité.

Se pratiquant en sessions de groupe ou individuelles, l’analyse transactionnelle est classée parmi les psychothérapies intégratives.

Elle se réfère aux approches pragmatiques en les formulant plus simplement et plus concrètement. Les analystes transactionnels disposent de plusieurs techniques et concepts hérités de Berne pour parfaire leurs métiers.

Analyse transactionnelle : les principes sur lesquels elle se fonde

L’AT se base sur le principe fondamental que chaque individu est doté de trois facettes constituant sa personnalité à savoir, l’enfant, l’adulte et le parent. Ainsi, nos rapports interpersonnels dépendent en majeure partie de l’état du moi avec lequel on agit envers les autres et envers la vie.

L’état « Enfant » est celui de la créativité, des pulsions et du jeu. Il peut être aussi bien intuitif que capricieux suivant son humeur et ses envies. L’état « Parent » quant à lui, renferme un caractère protecteur et responsable. C’est l’incarnation de l’éthique et du sens des règles, des éléments desquels découle le respect (de soi et d’autrui). Et même si l’état « Parent » peut être civilisé, il peut aussi être source de critique et de contraintes. Et enfin, l’état « Adulte » est celui qui équilibre les deux états contraires. C’est l’état qui sait quand faire des concessions à l’un comme à l’autre. Doté du sens de l’évaluation, c’est le seul aspect de la personnalité sachant rester rationnel et objectif face à une situation déterminée.

L’analyse transactionnelle part alors du fondement que chaque être est essentiellement positif, mais qu’à un certain moment, l’un ou l’autre des états de moi peut être trop omniprésent. Ce qui est contraire au psychisme idéal qui suppose que chaque état est à la bonne place à un instant donné. Par exemple, comme le Parent peut imposer des limites à l’Enfant, rien ne l’empêcherait de s’amuser à une festivité tout en gardant la tête sur les épaules.

Dans l’analyse transactionnelle, l’étude de la personnalité peut se faire à deux niveaux qui sont l’analyse structurale et l’analyse fonctionnelle. Si la première s’intéresse aux communications personnelles, reflétant la structure de la personne, la seconde méthode se consacre aux comportements.

Analyse transactionnelle : les bienfaits de la thérapie

L’analyse transactionnelle propose des grilles d’observation d’une grande efficacité pour l’analyse des comportements humains. Elle permet de comprendre le fonctionnement, la construction et l’évolution d’une personnalité.

À la base, elle a été utilisée comme un moyen thérapeutique servant à venir en aide aux personnes en difficultés. Son objectif ultime était dans ce cas, de changer ces personnes dans leur profondeur.

Elle est le plus souvent utilisée pour mieux se connaître, pour déceler comment on communique avec les autres et pour interpréter comment un groupe d’individus s’organise. Pris dans le tourbillon du quotidien, il est tout à fait possible que l’on ne sache même plus si on est en bonne posture vis-à-vis d’autrui ou non. Grâce à l’analyse transactionnelle dans la psychologie familiale par exemple, il est possible d’identifier et de saisir nos difficultés à communiquer.

De cette manière, on est plus apte à distinguer les alternatives pour améliorer nos relations et vivre harmonieusement en communauté. À travers la compréhension des différents canaux de communication existants, on peut développer l’esprit de groupe.

Les analystes transactionnels se donnent pour but d’expliquer l’inadéquation des comportements humains, les dysfonctionnements, les psychoses et même les pathologies psychosomatiques.

En plus d’être un outil très sollicité en thérapies verbales, l’AT sert également dans l’entretien psychologique de l’enfant et dans les stages de développement personnel.

Analyse transactionnelle : les champs d’applications

L’analyse transactionnelle est utilisée par de nombreux professionnels dans divers domaines importants. Le premier d’entre eux est la psychothérapie qui traite les troubles psychiques et les pathologies dysfonctionnelles touchant certaines personnes. Guérison de mal-être, soulagement de symptômes, résolution de blocage et restructuration de personnalité sont les résultats escomptés dans la thérapie par l’AT.

On relève aussi l’implication de cet outil thérapeutique dans l’éducation. Les professionnels ainsi concernés sont ceux qui traitent les enfants, les jeunes ou les adultes travaillant dans l’éducation. Que les patients soient en milieu scolaire ou non, cela ne change en rien l’efficacité et la légitimité de la thérapie.

Comme les relations interpersonnelles sont au centre de l’analyse transactionnelle, il va de soi que les transactions en organisation sont concernées par cet outil thérapeutique. Ce champ d’application a été choisi par les analystes collaborant avec les organisations. Le rôle de ces professionnels est avant tout de favoriser la croissance à travers le développement des membres de l’organisation et par la même occasion, l’accroissement de leur efficacité.

Le dernier champ dans lequel s’applique l’analyse transactionnelle est celui du conseil. Il s’agit plus précisément du social, du coaching, du paramédical, du soutien psychologique et de la relation d’aide.

En d’autres termes, l’analyse transactionnelle est applicable à toute situation qui relève du développement de la personnalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *