fbpx

Clinomanie : définition, caractéristiques, solutions

Certains jours, il se peut que l’on ait du mal à se lever du lit. Il peut s’agir d’une affection appelée clinomanie ou dysanémie. Vous ne vous en doutez sans doute pas, car vous assimilez cette envie de rester cloué au lit à la paresse. Si cette envie est récurrente, il est possible que vous soyez victime de clinomanie. Vous devrez alors demander l’avis d’un médecin pour résoudre le souci. Découvrez dans cet article ce qui caractérise ce mal encore peu connu, mais qui peut devenir un véritable handicap pour la personne qui en souffre.

Définition de la clinomanie ?

Les grasses matinées, on en rêve tous, les travailleurs en particulier. Au bout d’une journée de travail ou de corvées, on ressent forcément la fatigue, ce qui nous pousse à rester cloîtrés au lit. Jusqu’ici, tout va pour le mieux. Le véritable problème se pose lorsque ce trouble anxieux se transforme en une véritable obsession à rester allongé même après une bonne nuit de sommeil. C’est là qu’on peut se dire si une personne n’est pas atteinte de clinomanie. Il arrive que les personnes qui en souffrent restent plusieurs jours au lit sans rien faire. Ces dernières se sentent en sécurité en s’attachant à leur lit à longueur de temps. Leur couette devient une excellente raison de fuir leurs responsabilités.

Il en résulte bien évidemment un minimum de vie sociale, voire un retranchement de la société. Les proches considèrent les clinomanes comme de véritables paresseux. Ce type de réaction nuit toutefois à leur bien-être psychologique. Sur le plan médical, la clinomanie n’est pas encore reconnue. Elle reste une simple incapacité à se lever du lit et à affronter la vie d’adulte.

Comment reconnaître un cas de clinomanie ?

Les clinomanes ont tendance à se lever du mauvais pied. Ils se sentent souvent de mauvaise humeur une fois que l’heure du réveil arrive. Bien sûr, les personnes qui se lèvent de mauvaise humeur le matin ne souffrent pas toujours de clinomanie. Le rythme de vie peut en effet, augmenter l’envie de se reposer le plus longtemps possible pour récupérer de l’énergie. Ce qui est tout à fait normal.

Cependant, la clinomanie est effective lorsque la vie sociale de l’individu en est affectée. Certains symptômes sont plus révélateurs quant à l’état d’une personne. Par exemple, une personne est considérée comme clinomane lorsqu’elle consacre tout son temps libre à dormir. Elle se limite à sortir aux toilettes lorsqu’elle se lève et n’a aucune envie de pratiquer une activité physique ou intellectuelle avec son entourage. En plus des symptômes physiques dans ce cas, la clinomanie a aussi des symptômes psychologiques.

L’obsession pour tout ce qui concerne le lit constitue également un signe évident de clinomanie. Si vous ne pouvez pas résister à l’achat d’une nouvelle couette ou d’une paire d’oreillers supplémentaire, posez-vous la question sur votre état.

La tristesse et la dépression favorisent l’apparition de la clinomanie. Quand notre moral tombe à zéro, nous avons souvent tendance à nous réfugier sous notre couette. En effet, le lit semble être l’endroit le plus sûr pour exprimer ses sentiments en toute intimité. Un clinomane a besoin de pleurer sur l’épaule d’une tierce personne pour améliorer son humeur.

Il faut noter que près de 70 % de la population mondiale a déjà présenté des symptômes de clinomanie au cours de son existence. Toutefois, ces signes sont souvent ponctuels et se produisent par épisode. Pour une personne considérée comme clinomane en revanche, l’envie de rester au lit persiste. Ce mal survient souvent après un accouchement ou à une situation ayant généré un stress intense. Il peut aussi être à l’origine de l’anxiété.

Quels sont les impacts de la clinomanie sur l’état psychophysique ?

Afin de traiter la clinomanie, il convient d’en détecter l’origine. Si cet état n’est pas traité à temps, les conséquences pourraient devenir plus importantes sur le bien-être psychophysique de l’individu. Lorsque vous dormez dans votre lit à longueur de journée, vous pouvez manquer de soleil et d’air frais. En optimisant le confort de votre chambre, vous chercherez sans doute à fermer les fenêtres pour ne pas laisser entrer les courants d’air.

Votre peau risque de jaunir en l’absence de rayons solaires, ce qui vous fera une mine triste et un air négligé. Dans le cas où vous décidez d’utiliser des sources d’éclairages et une ventilation artificielle, les bruits de ces appareils peuvent vous gêner et provoquer davantage de stress, d’anxiété et de troubles du sommeil.

S’enfermer dans sa chambre pour dormir à longueur de journée provoque également des troubles psychosociaux importants. Le manque de vie sociale façonne le caractère. D’ailleurs, il se peut que l’on ne se sente plus à l’aise avec les autres lorsqu’on consacre trop de temps à rester chez soi.

Comment traiter la clinomanie ?

Étant donné qu’il s’agit d’un trouble psychophysique, il convient de se tourner vers un professionnel pour une consultation et avoir un traitement approprié. La clinomanie est traitée en fonction de son niveau de gravité. Un médecin peut prescrire des vitamines de façon à dynamiser davantage son patient et à le pousser hors du lit pendant la journée. En plus des fortifiants, des médicaments antistress peuvent également être prescrits pour calmer son esprit et réduire son niveau d’anxiété.

Le psychothérapeute intervient lorsque les médicaments ne suffisent pas ou quand le niveau de gravité de la clinomanie est élevé. Il prescrit éventuellement de nouvelles habitudes à instaurer pour oublier cette envie permanente de rester dans son lit. À titre d’exemple, il recommande la modification des habitudes de sommeil.

Le réveil qui sonne n’est certes pas des plus agréable, mais il motive à se lever pour l’éteindre. Une fois ouverts, les yeux peuvent être plus difficiles à fermer. L’esprit et le corps commencent alors à se réveiller petit à petit. Comme chez les personnes normales, les clinomanes doivent limiter leurs horaires de sommeil entre 7 et 9 heures par nuit. Cette plage horaire est amplement suffisante pour récupérer de l’énergie et attaquer une nouvelle journée de travail.

Pour mieux gérer la clinomanie, efforcez-vous de vous reposer suffisamment chaque nuit. Avant de dormir, prenez un bon bain chaud et une tisane relaxante. Réveillez-vous en vous rafraîchissant avec de l’eau froide le matin. Éloignez les écrans de votre lit. Désintoxiquez-vous de ces appareils qui fatiguent aussi bien vos yeux que votre esprit. Pour finir, entretenez votre corps à l’aide d’une activité physique régulière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *